Agriculture

Aider les agriculteurs à s’installer, à réduire leurs charges, à innover et à se développer durablement. Tels sont les objectifs que la Région se fixe, tout en cherchant à rapprocher l’agriculture des citoyens.

En Basse-Normandie, l'agriculture valorise près des trois-quarts du territoire ! En proportion, elle fait vivre deux fois plus de personnes qu'au niveau national. En pleins changements structurels profonds, le secteur a besoin d'appuis pour relever les nouveaux défis : sociaux, économiques, agronomiques, climatiques et environnementaux.

Jeunes agriculteurs

Pour enrayer la baisse du nombre d’exploitations et des actifs agricoles, la Région accompagne l’installation des jeunes agriculteurs, en favorisant l’accès au foncier. Le contrat de parrainage aide au démarrage de l’activité. Depuis 2012, le contrat de transmission complète le dispositif, en encourageant les cédants à transmettre leur exploitation à un jeune, sans morcellement de la ferme.

Plus d’autonomie

La Région encourage les agriculteurs à développer des modes de production plus économes en intrants et en énergie pour valoriser les ressources agronomiques locales : aide aux aménagements de prairie et création d’une filière locale d’approvisionnement en protéines pour l’alimentation animale...

Mutualisez !

Depuis 2010, la Région soutient les Coopératives d’Utilisation de Matériels Agricoles (CUMA). Le principe est le suivant : des agriculteurs se regroupent pour acheter et utiliser du matériel en commun. Ils réduisent les coûts de mécanisation et disposent d’un matériel plus souvent renouvelé, plus performant. La Basse-Normandie compte 580 CUMA.

Circuits courts

Dans un contexte de dérégulation des marchés, les agriculteurs trouvent dans les circuits courts le moyen de valoriser leur production et de maintenir leurs revenus. C’est pourquoi la Région aide les producteurs à transformer et commercialiser leurs produits à la ferme.

Modifié le 03/02/2014

Portrait Témoignage

Marie-Claire et Jean-Claude Chaussée
Ferme des Champs Romet Saint-Flugent-des-Ormes


« Depuis juin 2010, nous avons notre abattoir dans la ferme, ce qui nous rend entièrement autonomes et nous permet ainsi de maîtriser la traçabilité et la qualité de nos produits, que nous vendons en direct. »