Juments laitières

Le bon lait de normandie n’est pas qu’une affaire de vache. Dans l’Orne, Julie et Etienne Decayeux sont les seuls au monde à produire du lait bio de jument, frais et pasteurisé. Chevalait est un succès commercial.

Une passion viscérale pour le cheval de trait, une intuition lumineuse, de la suite dans les idées... Le cocktail a transformé Julie Decayeux en chef d’entreprise accomplie. La laiterie Chevalait, créée avec son mari Etienne, a produit 80 000 litres de lait bio de jument en 2013. Plus du triple qu’en 2007, quand le couple s’est installé à Neuville-près-Sées (Orne), avec 40 juments à l’époque. Aujourd’hui, l’élevage en compte 110, de races percheronne et trait du Nord. « Ici, nous avons trouvé la ferme de nos rêves, avec 100 hectares d’herbages labellisés bio. » Ils y ont construit une grande écurie et aménagé le seul labo au monde permettant de pasteuriser en grande quantité un lait de jument consommable 30 jours après mise en bouteille. « Le produit marche de mieux en mieux, que ce soit dans les réseaux bio ou en milieu hospitalier, comme c’est le cas en Espagne. » Très proche du lait humain, le lait de jument, riche en lactose et vitamine C, pauvre en lipides, a de solides arguments au rayon des produits sains. « Nos ventes sur internet ont explosé en 2013 », confirme Julie, en bouclant des colis prêts à partir pour la Belgique, son pays d’origine. Chevalait a créé 10 emplois et formé 5 apprentis depuis sa création. La marque, qui commercialise aussi des cosmétiques au lait de jument, espère prochainement faire son entrée sur le marché chinois.

Modifié le 07/04/2014